J’ai récemment eu l’opportunité de tester des filtres dégradés de la marque NISI. J’utilise ce type de filtres depuis quelques années et j’ai déjà eu l’occasion d’essayer plusieurs marques. Nous allons donc voir comment la marque qui fait de plus en plus parler d’elle s’en sort avec son matos.

Principe et approche

Je rappelle rapidement le principe pour ceux qui ne connaîtraient pas. Les filtres dégradés permettent d’équilibrer l’exposition entre le ciel et le premier plan. Ils sont donc particulièrement utilisés pour les scènes très contrastées telles que les levers ou couchers de soleil.

Personnellement j’utilise ces filtres pour gagner du temps en post-traitement, notamment sur des séries d’images ou pour les voyages. Il m’arrive aussi d’utiliser la méthode du bracketing et d’assembler manuellement mes expositions ensuite.

Pour les filtres je n’utilise quasiment jamais de densité supérieure à 2 stops, car je cherche à obtenir le rendu le plus réaliste possible, tout en ayant un maximum de latitude pour le traitement.

Il est évidemment possible d’obtenir des rendus plus créatifs directement à la prise de vue, en utilisant des densités plus fortes.

Prise en main

J’ai donc testé le NISI 0.6 Medium, ainsi que le NISI 0.6 Soft.

J’utilisais jusqu’à maintenant un 0.6 Hard de chez Lee dans la majeure partie des cas (mer ou montagne). La transition medium m’intéresse donc particulièrement et semble être une bonne alternative, pour sa polyvalence.

Les filtres font 100×150 mm, ils sont en verre optique et non pas en résine comme chez Lee.

Ils sont compatibles avec le système de porte-filtre NISI V5 Pro, pour lequel j’ai également réalisé un test, mais aussi avec d’autres porte-filtres standards.

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

Sur le terrain

J’ai pu essayer les filtres dans différentes configurations et globalement ils se comportent très bien.

Un point très positif pour : le verre se nettoie très facilement, même en présence d’embruns marins. Ça n’est pas le cas des filtres en résine et c’est très important pour moi qui shoote régulièrement en bord de mer.

En revanche le verre est plus fragile, mais je fais toujours très attention donc ça ne me pose aucun problème.

Aucun vignettage n’est visible, même en cas d’association du polarisant avec 2 dégradés.

De même aucune dominante de couleur n’est visible, à une exception près : lorsque j’utilise le polarisant à son niveau de polarisation le plus fort et que j’ajoute les 2 dégradés, le ciel se teinte légèrement de magenta. Mais c’est un cas vraiment particulier que je ne rencontrerai jamais au quotidien !

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

Photos test

Voici une série d’avant / après qui présente différentes configurations possibles en fonction du rendu recherché.

On commence avec une série prise dans la Baie du Mont-Saint-Michel. Ce jour là l’exposition était plutôt bien équilibrée à la base. L’ajout de filtres permet donc surtout de densifier le ciel et de le rendre plus dramatique. Cela dépend vraiment de l’interprétation artistique que l’on souhaite apporter à l’image. Pour l’image finale j’ai principalement ajusté l’exposition, les noirs et les hautes lumières pour lui donner plus de pêche.

J’ai également testé les filtres avec une lumière plus neutre, afin de distinguer facilement les éventuels virages de couleurs. On peut constater que le rendu est très propre, même en superposant 2 filtres GND. Sur la 4ème image j’ai volontairement exagéré le degré de polarisation, cela permet de voir qu’un léger virage magenta s’installe dans le ciel. C’est facilement récupérable et personnellement je ne shoote jamais dans cette configuration !

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

filtres-gnd-nisi-nicolas-rottiers-photographe-normandie

Points forts
  • Absence de dominante
  • Très faciles à nettoyer, notamment en présence d’embruns marins
  • Qualité de fabrication
  • Aucun problème de perte de détails
  • Aucun problème de vignettage
Points faibles
  • La fragilité du verre requiert un soin particulier à l’utilisation

 

Retrouvez également mon test du système 100 mm V5-Pro de Nisi.

Un grand merci à Eric et Benoît qui m’ont donné la possibilité de réaliser ces tests ! Pour plus de renseignements sur les filtres GND Nisi vous pouvez vous rendre sur le site de Nisi France.

logo-nisi

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer